La grimpée du Semnoz 2014

Publié le par Eve

Cette course de 16,5 km et 1100 d+ n'était pas vraiment prévue à mon calendrier de courses 2014, mon copain venait juste de rececoir ses nouvelles chaussures de trail après une longue attente (cf. le feuilleton des cascadia 8 sur twitter)... Bref, avec ce contretemps et malgré des entrainements en solo, nous n'avions pas pu nous entraîner en mode trail autant que nous l'aurions souhaité.

Mais en fin de semaine dernière, rebondissement, il reçoit enfin ses nouvelles chaussures et on se dit : "SUPERBANCO" * ! En effet, tout nous pousse à y participer, il s'agit de la dernière édition et ce serait sans doute la seule et unique fois de notre vie où l'on prendrait le départ sur une course avec Kilian Jornet et Emelie Forsberg** !

Il faut savoir que la Grimpée du Semnoz est une course locale avec "seulement" 350 coureurs sur la ligne de départ (donc c'est tout à fait normal si vous n'en avez jamais entendu parler).

Il sagit d'une grimpée sèche*** avec 60 % de chemins et 40 % de route, le départ est à Quintal jusqu'au sommet du massif du Semnoz où il ya une petite station de ski.

Je connais pas mal le massif du Semnoz, c'est un peu mon petit terrain de jeu, on peut accèder à la montagne depuis le centre ville d'Annecy mais en revanche je ne connais pas le versant opposé depuis Quintal.

La veille on s'organise pour y aller avec une "collègue" du groupe Good people run, on arrive sur place et là comment dire... on se rend bien vite compte que le plateau est relevé... les shorts sont courts, les muscles galbés, les corps affutés... On croise le couple star, bronzé, détendu, à la cool, jusque dans la tenue, pas de compression mais short et tee shirt. Comme on n'est pas en mode "groupies", on ne demande pas de photos, on le regrettera peut être un jour !

Un petit footing d'échauffement et c'est bien la première fois pour moi mais comme tout le monde s'échauffe en mode club d'athlé avec talons fesses et accélérations, ahem... "mais où qu'on est tombé nondédiou ???"

Le temps d'un "pipi de la peur" (spéciale dédicace à ceux qui se reconnaîtront) et nous voici sur la ligne de départ, plus le temps de se poser de questions, bim çà part.

On commence avec une montée sèche de plusieurs km sur la route, çà grimpe sec, je me retrouve assez vite à l'arrière du peloton, le cardio en panique, essouflée et talonnée par un sénior un vétéran avec qui je finirai la course.

Je suis partagée entre le découragement d'être la lanterne rouge, la rage de continuer, le confort absolu d'être toute seule dans la montagne, la peur imbécile de me paumer malgré la rubalise et le serre-file en VTT.

Premier ravito, vers le 4e km, je ne m'attarde pas, j'évite le coca, tout ce sucre c'est trop tôt, un verre d'eau, 1 sms de mon copain devant, il est à 10 min, peut être que je peux encore le rattraper ? L'espoir s'évanouira bientôt...

Un gel abricot (du détail oui !) et je continue dans un chemin forestier, pas du tout technique, beaucoup plus facile que ce que l'on a l'habitude de pratiquer. En revanche, je dis bien, en revanche, qu'est ce qu'il est pentu ce sentier !! çà grimpe sec, nous n'auront que 2 petits replats en tout et pour tout sur toute la course vers le 8e km et aucun répit pour souffler.

J'ai le syndrôme des jambes de bois, j'alterne course lente et marche rapide, impossible de vraiment relancer, j'avance et c'est tout, à un moment donné je me parle à voix haute (je suis seule alors je motive comme je peux...), je profite vraiment du paysage, les grands sapins, les odeurs de plantes, le soleil, à ce moment je sais pourquoi je suis venue.

Vers le 12e km, je commence à doubler quelquels randonneurs, çà fait du bien de les rattraper, j'ai même droit à quelques "courage", une heure et demie plus tôt, Kilian aura eu droit à des "bravo".

Remarque d'une randonneuse : "il y a encore des coureurs ??", c'est un peu dur à avaler, mon sang ne fait qu'un tour, je lui réponds que je suis largement dans la barrière horaire et que le principal c'est de terminer puis je les largue.

Sms du copain : 200 m de neige mais t'inquiète pas... je commence à trouver des plaques de neige, que faire, courir ? ne pas courir ? courir à côté ? j'avance tant bien que mal, je double un groupe de coureurs qui marchent, bref les plaques s'étalent sur au moins 1 km.

Et pluis soudainement je vois des coureurs qui viennent à ma rencontre, c'est le team Salomon en pleine récup qui me dit "courage", çà me booste ! Le sénior me rattrape et me fait la conversation, on parle sport, c'est parfait, j'oublie mes jambes de bois.

On arrive à l'alpage avec bien 10 degrés de moins, çà caille malgré mon collant, on s'arrache dans la descente, 2 km de descente enfin... D'habitude j'aime la descente mais là mes muscles ne m'obéissent plus, j'ai froid, je cours tant bien que mal en évitant les mottes de terre.

La ligne d'arrivée, je reprends mon souffle pour finir en courant : 2h36 min, je suis dans les derniers mais je suis contente de moi :)

Je rejoins mon copain, échanges d'impression et tartiflette, une grande faim, une grande satisfaction d'avoir terminé cette course !

Merci à mon Alex pour les superbes photos ♥

* cf. "jeu des mille euros", France Inter

** j'apprends cette new via twitter 2 jours avant

*** plus pentu tu meurs

Le sentier devient de plus en plus caillouteux

Le sentier devient de plus en plus caillouteux

la surprise : les plaques de neige molle

la surprise : les plaques de neige molle

Arrivée à l'alpage

Arrivée à l'alpage

enfin tout en haut ! on aperçoit la remontée

enfin tout en haut ! on aperçoit la remontée

La grimpée du Semnoz 2014
à l'arrivée, çà se couvre... rentrons

à l'arrivée, çà se couvre... rentrons

t'en veux encore ? voici un petit film bien sympa. "Roulant" hein Kiki ? "Roulant" ???

Publié dans Mes défis

Commenter cet article

daddy 03/10/2014 15:25

Moi, ce qui me fascine le plus chez les traileurs, c'est leur capacité à surmonter le froid. Je ne sais pas comment vous faites. Par contre, moi je surmonte le pipi de la peur ;-)

Jeanne 27/05/2014 23:32

Félicitations !! Impressionnant toutes ces premières fois ! Bravo !

Eve 28/05/2014 09:05

Merci beaucoup ma Jeannette :D

corwin 26/05/2014 16:44

Oui en effet j'aime bien l'image entre les deux véhicules...ça me fait beaucoup sourire, moi aussi aucun pb d'égo à ce sujet j'ai bien conscience de ne pas aussi posséder un gros moteur comme ces extras terrestres!!!!
En effet la parcours de la Transju est super sympa, de belle vue sur les Alpes au sommet de la Dole, si le temps nous sourit ce sera cool on en prendra plein les yeux; je connais bien le coin d'ailleurs. Comme le Semnoz, vu que mon frérot habitait Annecy, et maintenant la roche sur foron, donc on a eu l'occasion de monter la haut souvent, hyper agréable les minis sentiers. Perso je rêve de faire le parcours maxi race de 86 km mais faudra encore du temps, et pas de bobo aux jambes

corwin 23/05/2014 12:00

je te comprends tellement car je vis et je vivrais la m^me chose bientot avec le TRANSJU TRAIL fin du mois. J'avais vu Kilian posté son chrono sur facebook juste avant ton article et je m'étais la vache, 16 km avec 1000 de deniv; en 1 heure mais qu'est ce qu'il foutait sur une petite course comme cela ??? puis quand j'ai lu que tu avais participer a une course aussi relevé avec sa copine je me suis dis la pauvre avec des gabarits pareils tu te retrouves de suite lanterne rouge et en plus au taquet direct. Mais, mais, mais ce qui ne nous tues pas nous rendra plus fort encore et encore, tout ceux devant toi se trouvent au sommet de leurs forme ils ne peuvent que régresser KILIAN compris et toi tu vas progresser tranquillement, gentiment mais surement et un jour tu seras devant et dans le vert. Bonne chance pour tes prochains Trails. Donc le 1 juin je vais faire comme toi la lanterne rouge et je ne pourrais suivre aucun des athlètes hyper affutés qui participent !!! tant pis, je vais gérer

Eve 23/05/2014 15:12

c'est comme si tu t'alignais sur une course automobile en Kangoo et qu'une Ferrari faisait la même course que toi... Je me disais aussi la même chose, je ne peux que progresser à ce stade, je ne me compare pas aux grands du trail, je fais mon petit bonhomme de chemin, du coup j'ai aucun problème d'égo à prendre le départ avec Kiki, sinon ce serait très dur !
Merci et tu vas gérer ta course, çà a l'air surperbe la transjuratrail !

Jaife 22/05/2014 20:43

Ouch ! une montée qui a l'air fort sympathique ;) Félicitations !

eve 23/05/2014 08:26

Merci :) oui sympa comme itinéraire, joli même :)

Fire Rasta 21/05/2014 06:25

Félicitations!!! T'es allée au bout, et aux vues de ton recit et surtout de la vidéo, ça grimpait sec!!!!
Bravo

Eve 21/05/2014 10:08

merci beaucoup :) je me dis que j'engrange de l'expérience même si il y a des moments difficiles dans ce genre de formats, oui çà grimpait sec sans pratiquement aucun replat, donc c'était pas évident de rependre son souffle.

Nolwenn 20/05/2014 17:56

"Roulant"...
bref, bien joué! je serais sans doute décédée avant l'arrivée. J'aime bien le moment où tu te demandes où t'es tombée parce que tout le monde fait des talons fesses. :D

eve 20/05/2014 22:35

A la réflexion quand Kilian dit roulant, il veut parler du chemin forestier, plutôt facile, sans racines, pierriers ou autres difficultés... il ne parle pas du déniv... mais bon, c'est un extra terrestre. J'étais en hyper ventilation, c'était dur quand même, vive les trails avec du roulant (du vrai roulant) ;)

Alex 20/05/2014 15:59

* Se faire 1 sommet (même petit) avec dossard : CHECK
* Prendre 1 départ avec Kilian et Emelie : CHECK
* Finir (&sans être mort) : CHECK
* Se faire 1 trail "montée sèche" (avec plus d'1 kilomètre vertical) : CHECK
* Courir dans la neige avec 1 dossard : CHECK

Pas mal de 1ères en une seule matinée de mi-mai :-)

So proud of you <3

Eve 20/05/2014 16:52

^_^ oui pas si mal ♥