« Bouncer », Tome 7, « Cœur double », Boucq / Jodorowsky : un western mystique

Publié le par Eve

bouncerL’histoire se déroule à Barro City, une ville du Far West où l’espérance de vie dépasse difficilement les 40 ans tant les hommes sont des crapules sans foi ni loi, les femmes, des garces vénales et les enfants, dégénérés. Le héros de cette série est bouncer, c’est-à-dire videur du saloon de la ville, le bien nommé « Infierno Hotel ». Dans ce monde sans pitié, où l’homme Blanc est d’une brutalité crasse envers les plus faibles que lui, le Bouncer, tel un justicier solitaire, essaie tant bien que mal de rétablir un certain équilibre entre le Bien et le Mal, en ce sens il est un peu « la main de Dieu ». Le Bouncer est un personnage atypique, à la fois manchot et tireur d’élite, fils d’une des plus célèbres prostituées de l’Ouest et d’un Chef Indien. Pour l’épauler dans sa mission de justicier, il peut compter notamment sur son fidèle Mocho, un chien à trois pattes qui le suit partout comme une ombre.

Bien que cette série emprunte largement aux codes traditionnels du Western, elle n’est pas à mettre entre toutes les mains. « Pied-tendres » s’abstenir, si je peux me permettre… On rit jaune à la lecture de certaines planches car les méchants ont vraiment la tête de l’emploi, Fançois Boucq a débordé de créativité une fois de plus pour rendre les personnages patibulaires.

Le prototype du méchant est Axe-Head, la brute conserve en effet une hache fichée dans le crâne, souvenir d’une bagarre qui a mal tourné. Heureux papa d’une tripotée de garçons, Axe-Head ne transige pas avec ses principes éducatifs, il tient en effet à ce que sa progéniture (entre deux braquages et deux meurtres) se rende régulièrement à l’école car, je cite : « Les fils d’Axe-Head seront cultivés, pas des connards de tueurs illettrés ».

Dans ce tome 7, rien de nouveau sous le soleil de Barro City, le cœur du Bouncer balance une fois de plus entre deux femmes, la douce Evelyn, institutrice de Barro City et sa sœur jumelle, la vénéneuse Carolyn, « Veuve Noire » du Tome 6 et tête pensante d’une bande de salopards. Celle-ci tente par tous les moyens et, pour d’obscures raisons, de s’approprier les terrains de la ville. Dans cette série, les auteurs osent à peu près tout, ce qui est suffisamment rare de nos jours pour être souligné et, si les personnages féminins semblent parfois stéréotypés, pour résumer grossièrement on a le choix entre la sainte et la putain, les apparences sont souvent trompeuses et les mobiles psychologiques des personnages plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord.

Dans ce Tome 7, le Bouncer parviendra-t-il à déjouer la mystification dont il fait l’objet ? Celui qui perd décidément toute clairvoyance en présence du sexe dit « faible » ne devra pas oublier que les femmes n’ont que leur intelligence et leurs charmes à opposer à la force brute de l’homme Blanc.

L’unique point faible du tireur d’élite pourrait bien le mettre en péril une fois encore !

 

Bouncer, Tome 7 – Cœur double, Boucq / Jodorowsky, Les Humanoïdes Associés, 2009, 13, 95 €

 

www.humano.com

 

 

Publié dans Un peu de lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

karina 06/04/2010 19:32


Ton article est drôle et ce bon père de famille a des principes ! A priori, plutôt pied tendre, je n'aurais pas été vers ce genre de Bd mais à l'occasion j'irai voir par curiosité ! Ça a l'air de
jouer sur l'humour et les clichés.


Eve 06/04/2010 21:48


c'est vrai qu'il faut aimer l'humour noir et ne pas avoir peur du "politiquement incorrect"