« The Dead Weather », les nouveaux chamans du rock

Publié le par Eve

dead weatherSea of cowards, littéralement « mer de lâches », est le deuxième album de The Dead Weather, formation initiée en 2009 par Jack White des White Stripes.

Quelques présentations s’imposent, on trouve dans ce groupe un concentré de talents parmi lesquels Alison Mosshart de The Kills au chant et à la guitare, Dean Fertita de Queens of the Stone Age à la guitare et enfin, Jack Lawrence des excellents Raconteurs à la basse (autre groupe de Jack White !).

Ce qui se dégage de cet album, c’est d’abord une énergie brute, le groupe sort l’artillerie lourde dès le premier titre, Blue Blood Blues. The Dead Weather puise son inspiration du côté du rock des seventies avec une nette référence à Led Zeppelin. « L’hommage  Zeppelinien », dirons nous, se précise carrément dans l’intro du second titre The difference between us et se décline tout au long des 11 titres de l’album, atteignant son apogée avec le titre I can’t hear you (tout y est, de l’imparable jeu de batterie de Jack White aux guitares virtuoses). D’abord un peu déconcertée, je me suis laissée finalement convaincre tant cet album « en fusion » est réussit.

Alison Mosshart a trouvé enfin avec The Dead Weather un écrin à la hauteur de sa puissance vocale et, en Jack White, un alter ego à sa démesure. Avec Sea of Cowards, The Dead Weather confirme toutes les promesses du premier album, Horehound, qui contenait déjà d’excellents singles parmi lesquels New pony et I Cut like a buffalo (voire le clip très arty ci-dessous). Loin d’être une formation accidentelle, The Dead Weather est un excellent groupe de rock avec un fort potentiel, n’en déplaise aux fans résolus des White Stripes Jack White évoque dans les Inrocks l’alchimie créatrice exceptionnelle entre les quatre membres du groupe : « J’ai fait partie de tonnes de groupes depuis que je suis gamin, et sincèrement, aucun n’a ressemblé à celui-ci. Tout est très léger au sein de The Dead Weather : la musique est tout, rien ne tourne autour, pas de questions d’ego, pas de mauvaise question. Ça permet de diriger toute notre énergie, toutes nos idées vers la musique et elle seule. »

Ce qui m’intéresse également avec The Dead Weather c’est tout le concept artistique autour du groupe, des pochettes d’album aux clips, on découvre toute une imagerie onirique et fantastique. Vous pouvez vous faire une idée de cet univers « bizarre », teinté d’expressionnisme allemand, dans le clip du premier single de l’album « Die by the drop », ci-dessous : ambiance sabbat de sorcières, bestiaire fabuleux et brumes nocturnes, merci d’éloigner les petits enfants de l’écran !

Je soupçonne d’ailleurs la femme de Jack White, Karen Elson, Karen Elson, "The Ghost who walks" chanteuse, mannequin et artiste de la troupe de cabaret  « The citizen’s band » d’y être pour quelque chose…

 

The Dead Weather, « Sea of Cowards », Third Man Records/Warner, 11 titres, paru le 11 mai 2010

 

Sites du groupe :

 

http://www.thedeadweather.com/

http://www.myspace.com/thedeadweather

 

 


The Dead Weather - "Die By The Drop"

 

 


The Dead Weather - "I Cut Like a Buffalo"

 

 

 

Publié dans Musique

Commenter cet article