« True Grit » de Charles Portis, un western épique !

Publié le par Eve

« Le méchant s’enfuit alors que personne ne le poursuit. » (Proverbes bibliques).

true-grit-copie-2.jpg 

 Les « billets-littérature » se font rares sur mon blog, mais je tenais absolument à vous faire partager mon dernier coup de cœur. Il s’agit d’un roman formidable (rien que çà !) de l’Américain Charles Portis écrit en 1968 et adapté au cinéma pour la seconde fois (après Henry Hathaway) par les frères Coen en 2010.

 

L’histoire

« Les gens ne croient pas qu’une fille de quatorze ans puisse quitter sa maison pour aller venger la mort de son père en plein hiver. »

La première phrase du roman plante le décor. Nous sommes en Arkansas, dans les années 1870, quelques années seulement après la guerre de sécession. La narratrice, Mattie Ross, raconte un épisode qui marqua sa jeunesse, la traque de l’assassin de son père à laquelle elle participa alors qu’elle n’avait que quatorze ans. Son père, Frank Ross, un propriétaire terrien du conté de Yell est en affaires dans la ville de Fort Smith quand il se fait lâchement assassiner et dépouiller devant son hôtel dans l’indifférence générale. Son assassin n’est autre que son propre métayer, un homme se faisant appeler Tom Chaney. La mère de Mattie charge alors sa fille de se rendre à Fort Smith pour identifier le corps et régler les affaires courantes. Déterminée à faire traduire l’assassin de son père devant la justice, elle recrute le marshal Rooster Cogburn « un type impitoyable, un vrai dur qui ne connaît pas la peur » pour se lancer sur les traces du fugitif réfugié en Territoire Indien. Elle devra non seulement convaincre Rooster Cogburn de la laisser participer à la traque mais aussi s’accommoder de la présence de l’arrogant LaBœuf, un ranger texan lui aussi sur les traces de Chaney…

 

Mon avis

C’est assez rare pour être signalé, ce roman se dévore de bout en bout, j’ai pris un plaisir quasi enfantin à lire ce classique de la littérature américaine, c’est tout dire !

La période à laquelle se déroule  cette histoire est véritablement passionnante, c’est une période charnière de l’Histoire américaine où l’on peut encore parler d’un « Ouest sauvage », il existe encore (plus pour bien longtemps) un Territoire Indien, proie des bandits sans foi ni loi et des prédicateurs de tout poils.

La qualité de ce roman tient beaucoup en son extraordinaire héroïne et narratrice, Mattie. Les qualificatifs pour la décrire me manquent : déterminée, courageuse, maligne, mais aussi très pieuse (elle gratifie le lecteur çà et là de nombreuses citations des Evangiles : si si, on se marre…) et dotée d’un grand pragmatisme et d’un sens aigu des affaires. Avec l’assassinat de son père, Mattie quitte définitivement le monde de l’enfance. Pour affronter les épreuves qui l’attendent, elle a néanmoins deux atouts, et non des moindres, son degré d’instruction, elle sait lire, écrire et compter, ce qui n’est pas donné à tout le monde pour l’époque, et son intelligence qui l’a placent aisément au-dessus de bon nombre d’adultes. Mattie a du cran et de la répartie et il en faut quand on est une jeune fille et que l’on se lance à la poursuite de l’assassin de son père à travers l’Ouest sauvage, elle force d’ailleurs le respect de tous ceux qu’elle approche, « hommes de loi » et « hors-la-loi ».

Tantôt drôle, émouvant et palpitant, le roman de Richard Portis est remarquable à plus d’un titre, il fait revivre l’Ouest sauvage grâce à son incroyable galerie de personnages plus complexes et ambigus les uns que les autres.

Mais, ce qui rend ce livre aussi passionnant, c’est de découvrir cet univers brutal et manichéen au travers des yeux de Mattie, un monde où tout peu arriver, où la vie n’est suspendue qu’à un fil et où chacun doit choisir entre faire le bien ou le mal…

 

Si vous aimez La série Bouncer, vous aimerez True Grit.

 

True Grit de Richard Portis, traduit de l’anglais (États-Unis) par John Doucette, Le Serpent à Plumes, 20 €, 2011.

 

 

Mattie Ross selon les frères Coen.

 

mattie.jpg

Publié dans Un peu de lecture

Commenter cet article

muji 04/12/2011 14:34

j'ai bien aimé... le film (hum)

Eve 04/12/2011 19:50


c'est déjà çà... moi je n'ai pas encore vu le film alors !